Société - Prévention de conflit

Le Centre Simon Skjodt prévient contre des risques d’atrocités criminelles pour les élections 2020 en Cote d’Ivoire


Publié le 27 Septembre 2019 à 10:18
Source: communiqué de presse du CNDH
479

Crise postélectorale


Dans son rapport d’alerte précoce sur la Côte d’Ivoire de juillet 2019 intitulé « Des élections incertaines : prévenir les atrocités criminelles en Côte d’Ivoire », le Centre Simon Skjodt pour la prévention des génocides fait état d’un « risque relativement élevé d’atrocités criminelles » au regard du contexte politique préélectoral de 2020. Ce scénario serait motivé par la résurgence d’un certain nombre de facteurs de risque et l’apparition de facteurs déclencheurs que sont :

les crises de ses vingt dernières années (2000-2006 ; 2010-2011) ;

le rôle de l’ethnicité en politique (de l’ivoirité au rattrapage) ;

les inégalités liées au foncier ;

les inégalités socio-économiques et disparités régionales ;

la rupture des anciennes alliances politiques ;

les divisions au sein des forces armées ;

l’accès facile et généralisé aux armes ;

les propos inflammatoires dans les discours politiques et publics.

Le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) note que ce rapport alarmant sur le processus électoral à venir, qualifié « d’incertain », et sur l’environnement social de façon générale, ne présente que des scénarios de violences graves et d’atrocités criminelles. Cette approche est de nature à saper le moral des populations dans la dynamique des efforts de consolidation de la paix et de la cohésion sociale.

Le CNDH invite les amis de la Côte d’Ivoire à accompagner le Gouvernement en vue de rassurer les populations et la communauté internationale pour un environnement propice à des joutes électorales ouvertes, transparentes et apaisées.

Communiqué de presse du CNDH


Laisser un commentaire

Situation sociopolitique : Les forces de l’ordre en alerte maximale, la raison
Accusé d’avoir tué Tatiana Kosseré : Makosso réagit
Qui a tué Tatania Makosso ? Affaire refait surface avec cette nouvelle découverte des signes de violence
Tina Glamour à propos de l’affaire BB Carla: « Ma fille n’est pas sage mais je lui pardonne »
Dj Arafat: sa veuve Carmen Sama chez le Premier ministre Hamed Bakayoko

Autres articles