Faits divers - Les choses de l\'amour

J’ai déserté mon foyer parce que mon époux ne me laissait aucun répit


Publié le 10 Mars 2021 à 10:30
Source: Autres Sources
6147

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

J'ai longtemps rêvé de passer toutes les minutes de ma vie à ses côtes. Mais après quelques mois seulement de vie commune, je n'arrive plus à le supporter. La raison, c'est qu’il est trop demandeur et tant qu’il est à la maison, c’est sans relâche, il n'y a que cela qu'il veut faire. Je souffrais tellement que j’ai dû fuir le foyer.

Le mariage a ses réalités parfois déconnectées de la passion et le bonheur que l’on a tendance à lui associer. 

J’aimais et j'aime encore Éric du plus profond de mon cœur. Lui aussi m’aime, j’en ai la certitude.

Nous avons vécu notre amour à distance pendant près de 15 mois, alors qu’il travaillait à San Pedro. Mais depuis le mois de janvier de cette année il est installé à Abidjan, avec moi comme sa prime de bienvenue. 


J'étais très heureuse de déménager chez lui, surtout que cela annonçait ma dot qui a été effective un mois après. 

Cependant, je réalise aujourd'hui que je n’ai pas pris du temps suffisant de bien connaitre mon homme avant de m’engager.

En effet, depuis que nous vivons ensemble, je n’ai même plus de repos. Quand Éric est à la maison, il n’y a que cela… Le matin, à midi, le soir ou la nuit… Son seul relâchement, c’est quand il a faim et que je fais la cuisine. Au début je m'efforçais pour assurer, à l’idée qu’avec le temps cela diminuera en intensité. En revanche, le confinement dû au coronavirus et son corollaire de congé technique m’ont desséché en ressources au point d’abdiquer. Nous en avons âprement discuté, mais Éric ne semble comprendre ma préoccupation.

«Mon BÉBÉ... C'est par amour... Je t'aime à la folie... Je t'aime tellement que quand je te vois j'arrive pas à résister.» A-t-il dit.

À court d'arguments, je me suis soustraite de cette obligation conjugale le temps qu'on s'accorde sur la question. Trois semaines après, et sous la pression de ma mère à qui j'ai refusé de dire la vérité, je suis revenue dans mon foyer espérant une amélioration. Mais hélas ! Mon absence aurait plutôt empiré les choses. Éric était devenu plus que "fou".

Finalement, après seulement 7 de vie commune, je suis retournée en famille avouant cette fois mon calvaire à ma mere, le temps d'avoir la garantie qu'il abandonne cette gourmandise. Dans le cas contraire, on va tout arrêter.


Laisser un commentaire

Couple: Chères femmes, ne quittez jamais un homme qui a ces 6 qualités
Côte d'Ivoire : Le corps sans vie d'une jeune fille dont les parties intimes ont été enlevées...
Lutte contre le racket : Deux policiers et le chauffeur de taxi racketté arrêtés, tout sur cette affaire
Enlèvement d’enfants : Une folle rumeur soulève la population de Samo, voici l’identité des...
Chers hommes, pour vous connaitre mieux une femme amoureuse vous posera à coup sûr ses trois questions

Autres articles