Actualités - 3e mandat de Ouattara

Politique : Pascale Affi N’Guessan parle du 3e mandat de Ouattara sur France 24 et RFI : « Ce serait dramatique sur le plan juridique et de l’honneur »


Publié le 07 Août 2020 à 15:38
Source: Autre Presse
1750

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Pascal Affi N’Guessan, candidat du Front populaire ivoirien (FPI) à la présidentielle d’octobre prochain, est l’invité de France 24 et RFI ce jeudi. Le candidat désigné par une fraction du Front Populaire Ivoirien (FPI), à la présidentielle d’octobre prochain, a réagi sur les questions d’actualité relatives à la vie politique ivoirienne, notamment celle d’un éventuel troisième mandat du président sortant, Alassane Ouattara.   

Interrogé par Zohra Ben Miloud de France 24 et Christophe Boisbouvier de RFI, Pascal Affi N’Guessan dénonce « l’échec total » du président actuel Alassane Ouattara sur le plan social notamment, et trouve « pathétique » sa possible candidature pour un troisième mandat, qui serait « dramatique sur le plan juridique et de l’honneur ».

« Notre avis est que cet appel à Mr Ouattara est véritablement pathétique. C’est d’abord le signe que nos amis du RHDP ne veulent pas saisir l’opportunité qui leur offerte par le président Ouattara de tourner la page de l’ancienne génération et de passer le flambeau à une nouvelle génération. C’est ce que le président Ouattara lui-même a déclaré et il l’a fait à la face du monde et devant tout le peuple de Côte d’Ivoire », relève le député.

« Je ne vois pas comment il pourrait renier sa parole. Ensuite tous les experts qui ont participé à la rédaction de cette constitution, ont été unanimes pour dire que cette constitution s’inscrit dans la logique de la constitution de 2000 et que le mandat de Mr Ouattara prend fin à la fin de l’année 2020, donc je ne vois pas aussi bien juridiquement que par le principe de l’honneur, Mr Ouattara peut briguer un troisième mandat. », souligne-t-il.

Selon lui, tout milite contre une candidature à la présidence de la République de l’actuel locataire du palais et d’expliquer : « Parce que, sur le plan du droit, cela n’est pas possible. Sur le plan de l’honneur, nous ne verrons pas Mr Ouattara renier sa parole, ce serait dramatique pour lui-même et le peuple de Côte d’Ivoire », a lâché Affi N’Guessan.

Gbagbo, Affi et le FPI

La candidature d’Affi N’Guessan à la présidentielle d’octobre 2020 suscite de vives réactions dans le camp des GOR (Gbagbo ou rien). Ces partisans de Laurent Gbagbo estiment que le député de Bongouanou a trahi la cause de l’ex-président ivoirien.

Pascal Affi N’Guessan a laissé entendre qu’il n’y a pas deux FPI. « Il n’y a qu’un seul FPI, il n’y a pas le FPI de Laurent Gbagbo ni de FPI, d’Affi N’Guessan, il n’y a que le FPI fondé par le président de Laurent Gbagbo, qui est aujourd’hui engagé dans la compétition électorale et qui m’a fait l’honneur de me choisir comme son candidat à cette élection », lâche-t-il. Le président du Conseil régional du Moronou a reconnu qu’il y a eu des incompréhensions et des polémiques, mais il ajoute que cela fait désormais partie du passé.

Pascal Affi N’Guessan s’est voulu rassurant en affirmant qu’il est en phase avec Laurent Gbagbo, avec qui il échange régulièrement. « Nous sommes engagés ensemble pour l’unité du parti et pour la restauration du FPI à ce niveau, il n’y a aucun problème. Nous sommes en phase, nous sommes déterminés pour faire en sorte que le FPI revienne au pouvoir », a-t-il révélé.

Rappelons que Pascal Affi N’Guessan a été désigné, le samedi 1er août 2020, candidat du FPI pour la présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020. « Je suis candidat pour gagner et nous allons gagner », a-t-il déclaré.




Laisser un commentaire

Affaire « il n’y aura pas d’élection »: le Commandant Fofana, aide de camp de Soro envoie un message...
CEI locales: sur NCI, Doumbia Major fait des révélations sur le deal entre le FPI et le pouvoir
Malgré son exclusion par le PDCI, Affi appelle Bédié à « l’union » face à Ouattara
Mamadou Traoré, proche de Soro, « agressé par Doumbia Major »: les faits
19 Septembre 2002, l’amertume d’un pro-Soro : « Mille fois hélas, nous ne connaissions pas en réalité...

Autres articles

Top articles