Actualités - Présidentielle 2020

Mamadou Traoré : « Tant que Guillaume Soro sera attaqué sur sa gestion de la rébellion, il se défendra, si les gens ne veulent pas qu’on réveille les vieilles plaies, qu’ils arrêtent »


Publié le 28 Septembre 2020 à 21:38
Source: lecourrierquotidien.com
1680

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Guillaume Soro est beaucoup attaqué sur sa gestion de la rébellion. Suites à ces réactions Mamadou Traoré a décidé de se prononcer.

Pourquoi quand on attaque Guillaume Soro sur sa gestion de la rébellion, certaines personnes restent silencieuses, avec même des gestes d’approbation, et pourquoi lorsqu’il défend son bilan à la tête de cette rébellion, ces mêmes personnes s’en offusquent ?

Guillaume Soro est conscient que la rébellion qu’il a menée a fait beaucoup de victimes. C’est pourquoi depuis 2007, il ne cesse de demander pardon aux Ivoiriens qui en ont souffert.

Mais il n’acceptera pas qu’au nom du pardon qu’il ne cesse de demander aux ivoiriens, qu’on fasse de lui l’unique responsable des crises politiques que notre pays a connues.

Il n’acceptera pas non plus qu’on méprise les raisons qui l’on poussé à prendre les armes.

Il n’acceptera pas enfin qu’on transforme en vérité les mensonges qui ont été véhiculés sur la rébellion qu’il a menée.

Tant que Guillaume Soro sera attaqué sur sa gestion de la rébellion, il se défendra.

Si les gens ne veulent pas qu’on réveille les vieilles plaies de la rébellion, qu’ils arrêtent de l’attaquer sur cette parenthèse de notre nation.

Je rappelle que certains ont magnifié la rébellion de Kragbe Gnagbe. Certains également ont magnifié la sécession du sawi.

Certains ont applaudit le coup d’Etat de Décembre 99. Certains également ont applaudit et magnifié la rébellion de Septembre 2002.

Tout le monde a eu, à un moment donné, à magnifier la violence. Le seul violent dans ce pays, ce n’est pas Guillaume Soro.

Avant son avènement sur la scène politique, la Côte d’Ivoire a connu beaucoup de violences politiques.

Et ceux qui ont alimenté cette violence politique sont connus et bien connus. Qu’on arrête donc de trouver en Guillaume Soro le bouc émissaire des violences politiques. Et s’il avait été tué lors de son combat à la tête de la rébellion, il serait magnifié aujourd’hui et présenté comme une victime comme l’est en ce moment IB.

Pour me résumer, si certains ne veulent pas qu’on parle encore de la rébellion, qu’ils n’attaquent pas Guillaume Soro sur cette action. Sinon, il se défendra et justifiera son action.

A bon entendeur salut.


Laisser un commentaire

Côte d’Ivoire - Poursuites envisagées contre Bédié: Ce qu'il faut craindre
Côte d’Ivoire : Après une Fake News sur Ouattara, le cyberactiviste RHDP Sinaly Dosso arrêté
Côte d'Ivoire : Ouattara envisage désormais de se réunir avec Bédié et Gbagbo selon Jeune Afrique
En Guinée les autorités militaires renvoient Jean Claude Brou au « 3e mandat de Ouattara » en...
Côte d'Ivoire : Tiémoko Meyliet fait des confidences sur Ouattara, Ble Goudé cogne le camp Gbagbo

Autres articles