Société - La sécurité de Ouattara

Côte d’Ivoire : Voici les nouveaux hommes de confiance de Ouattara pour sa sécurité après Vagondo


Publié le 09 Septembre 2019 à 19:33
Source: Autre Presse
5891

Photo d`archive utilisée juste a titre d`illustration

Un successeur au Général Diomandé Vagondo, désormais ministre de la Sécurité, n’a pas encore été désigné par la haute hiérarchie militaire. Pour l’heure, l’évacuation des affaires courantes est confiée au Colonel Ibrahima Gon Coulibaly dont le second est le Commissaire Camara Bakary, chef du service de renseignement du Groupement de sécurité du Président de la République (GSPR).

La désignation du Commandant des unités de la sécurité du Président de la République est du ressort exclusif du Chef de l’Etat, Alassane OUATTARA. Il est admis qu’un policier ne commandant pas des militaires, cela met en pôle position le Colonel Ibrahima Gon Coulibaly qui côtoie depuis un bon bout de temps Alassane Ouattara.

A LIRE AUSSI: 

Yopougon : Les ‘’gnambros’’ sont de retour, la gendarmerie en embuscade

Seulement, étant toujours parti avec le Chef de l’Etat, son remplaçant devra être un homme de poigne qui a déjà la maîtrise du commandement des militaires. Ibrahima Gon, gendarme de formation, est un homme bien vu de la troupe pour son ouverture.

L’état-major particulier du Président de la République est toujours l’affaire du fidèle Diarrassouba Bakary dont le cabinet est pour l’heure géré par Ouattara Famoussa de la Garde Républicaine, ancien de l’EFA, et rescapé de la troupe à Chérif Ousmane dans l’entourage d’Alassane Ouattara. C’est ce tableau qui, confirmé, aura la charge de la sécurité du Président Alassane OUATTARA.

AVEC 7info.ci




Laisser un commentaire

Les échanges de missile entre KKP et Guikahué continuent, KKP répond sèchement à Guikahué
Côte d’Ivoire : Les détenus pro-Gbagbo et pro-Soro, pas concernés par la grâce collective de Ouattara ?
Côte d’Ivoire : Ouattara recule sur la caution à la présidentielle fixée à 50 millions FCFA
Jean-Marc Yacé à propos du Covid-19 à Cocody : « l’heure est grave, croyez-moi »
Sud-Comoé : Ce qui se raconte après la démission d’Amon-Tanoh

Autres articles