Actualités - Politique Nationale

Côte d'Ivoire: Des secrets sur la récente mission de Jeannot Ahoussou-Kouadio dans le Tonkpi


Publié le 12 Octobre 2019 à 11:05
Source: Autres Source
11128

Président du Sénat, Jeannot Ahoussou-Kouadio

Selon nos informations, le sénateur du Bélier était porteur d’un message précis aux chefs traditionnels baoulé et dan. L’ex-Premier ministre a rencontré nuitamment les têtes couronnées le vendredi 4 octobre 2019.

A la faveur d’une rencontre qui a eu lieu, de 23h à 1h du matin, ce 4 octobre, il aurait demandé à ses parents baoulé résidant dans la région du Tonkpi de se mobiliser et aller à la rencontre du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié.

A LIRE AUSSI: 

Côte d'Ivoire: Rassemblement des Houphouëtistes, Soro sème la confusion dans le parti de Ouattara, son message au nouvel ambassadeur des USA à Abidjan

L’objet de la démarche est clair : user de diplomatie et convaincre le chef du Pdci de rejoindre son cadet, Alassane Ouattara, au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), parti unifié. Jeannot Ahoussou-Kouadio, rapportent nos sources, a expliqué à ses interlocuteurs que les deux personnalités, MM. Bédié et Ouattara, aujourd’hui en froid, ont mis en place, ensemble, le Rhdp. Il est apparu, aux yeux du président du Sénat, que les deux dirigeants doivent continuer à travailler main dans la main pour renforcer la paix en Côte d’Ivoire et œuvrer au développement du pays.

Accompagné dans sa mission du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme chargé du Logement social, Koffi N’guessan Lataille, le président du Sénat aurait plaidé avec insistance afin que les chefs traditionnels baoulé mènent cette mission de réconciliation au sommet et la réussissent.

A LIRE AUSSI: 

Réfugié en Côte d'Ivoire : Blaise Compaoré a de gros soucis

Dans la vision de l’ancien Premier ministre, les présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié doivent se remettre ensemble et conjuguer leurs efforts pour faire avancer le pays.

Quant aux chefs traditionnels dan que le président du Sénat a reçu la même nuit avant la communauté baoulé, il leur a été demandé de continuer à faire confiance au président de la République Alassane Ouattara. Jeannot Ahoussou-Kouadio aurait rappelé le respect et la considération que le chef de l’Etat a pour la chefferie. Une considération parfaitement illustrée par la mise en place de la Chambre des rois et chefs traditionnels. Aussi, avons-nous appris, le sénateur du Bélier a rassuré les garants de la tradition du Tonkpi (chefs de canton, de tribut et de village) que leurs salaires prévus par le gouvernement seront effectifs dès janvier 2020.

Notons qu’au lendemain de la rencontre entre le président du Sénat et les différentes communautés, une forte délégation de chefs baoulé a accompagné Jeannot Ahoussou-Kouadio, à la cérémonie d'investiture du maire de Sangouiné.

Cela fait plusieurs mois que l’ancien Premier ministre parcourt le pays à la rencontre de chefs traditionnels baoulé. Son message reste invariable : demander aux gardiens de la tradition de s’impliquer dans la réconciliation Ouattara-Bédié. Dans la région du N’zi, fin août, Jeannot Ahoussou-Kouadio avait annoncé, pour le 7 décembre 2019, un grand meeting d’hommage à Félix Houphouët-Boigny à Yamoussoukro. « A cette occasion, je demande à tous les chefs de Côte d’Ivoire principalement du V baoulé, de venir pour qu’on renouvelle le pacte pour la paix (...) On ne peut pas réconcilier une partie du peuple ou une partie du monde politique et laisser l’autre partie. La réconciliation est globale », avait affirmé le président du Sénat.




Laisser un commentaire

Affaire « il n’y aura pas d’élection »: le Commandant Fofana, aide de camp de Soro envoie un message...
CEI locales: sur NCI, Doumbia Major fait des révélations sur le deal entre le FPI et le pouvoir
Malgré son exclusion par le PDCI, Affi appelle Bédié à « l’union » face à Ouattara
Mamadou Traoré, proche de Soro, « agressé par Doumbia Major »: les faits
19 Septembre 2002, l’amertume d’un pro-Soro : « Mille fois hélas, nous ne connaissions pas en réalité...

Autres articles

Top articles