Actualités - Présidentielle 2020

« Pourquoi l’Etat français qui a puni l’Etat de Côte Ivoire refuse-t-il, 16 ans après, que la vérité éclate ? »


Publié le 10 Novembre 2020 à 13:22
Source: Autre Presse
3665

Autres Sources

Qui a donné l’ordre de bombarder les soldats français à Bouaké ? Mamadou Koulibaly revient sur les événements 6 novembre 2004.

« Justin Oussou et la difficile naissance d’une nation. Qui a donné l’ordre de bombarder le cantonnement des soldats français à Bouaké? Pourquoi l’Etat français qui a puni l’Etat de CI et fait tuer plus d’une centaine de patriotes refuse-t-il, 16 ans après, que la vérité éclate?  » a lance Mamadou Koulibaly sur son compte twitter.

Le 4, l’aviation ivoirienne effectue des raids contre les villes rebelles de Bouaké et de Korhogo, dans le nord du pays, rompant le cessez-le-feu mis en place au début de 2003. La France exprime son « extrême préoccupation ». Les quatre mille cinq cents soldats français de l’opération Licorne veillent au respect de la « zone de confiance » séparant le pays en deux, que contrôlent les casques bleus de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (O.N.U.C.I.).


Le 5, les forces ivoiriennes bombardent à nouveau des positions rebelles.

Le 6, l’attaque aérienne d’un poste français à Bouaké cause la mort de neuf soldats de Licorne et d’un civil américain. Sur ordre du président Chirac, les forces françaises ripostent en détruisant quatre chasseurs Sukhoï et cinq hélicoptères de combat qui constituent la quasi-totalité des forces aériennes ivoiriennes. Des dizaines de milliers de manifestants, parmi lesquels de nombreux « patriotes », s’en prennent alors aux intérêts français à Abidjan, à l’appel de personnalités proches du pouvoir. Les pillages et les exactions visant des Français obligent les militaires de Licorne à intervenir pour évacuer les personnes les plus menacées.

Le 7, un communiqué du Quai d’Orsay rappelle que la France est présente en Côte d’Ivoire pour « sécuriser » le pays et non pour le « déstabiliser ». Dans une allocution télévisée, le président ivoirien Laurent Gbagbo exprime ses « regrets » pour l’« incident » de Bouaké. Il justifie la rupture du cessez-le-feu par l’« impasse » du processus de paix et par le « pillage » des ressources du pays par les rebelles.

Le 9, des affrontements meurtriers éclatent à Abidjan lorsque des soldats français stationnés autour de l’hôtel Ivoire, dans le quartier résidentiel de Cocody, et assiégés par des « patriotes » qui les accusent de fomenter un coup d’État, tentent de quitter les lieux.

Le 10, les premiers ressortissants français évacués par les hommes de Licorne sont rapatriés. Jacques Chirac exhorte les autorités ivoiriennes à « assumer leurs responsabilités en matière d’ordre public ». Laurent Gbagbo promet un « retour à la normale » dans les quarante-huit heures LIRE LA SUITE




Laisser un commentaire

Incident au Congrès de Gbagbo : sa sécurité privée "chassée" par la Police nationale
Nouveau parti de Gbagbo : Simone Ehivet, moi ne pas bouché
Côte d’Ivoire : Adama Bictogo va représenter Alassane Ouattara au congrès du parti de Gbagbo
Affaire du viol : "La bande audio enregistrée à l'insu des émissaires de KKB jugée irrecevable"
Arnaque à la SGCI : Jean-Jacques GNANGNE révèle la plus grosse arnaque bancaire du siècle organisé par...

Autres articles


Top articles

Publié le 05 Mars 2021 à 08:56 | 9719
Publié le 21 Juillet 2021 à 11:08 | 9097